Denier de l'Église

 

 On peut donner au denier de l'Eglise grâce au Don en ligne. Vous trouverez le formulaire ICI
 

 
La Campagne du Denier de l'Eglise est lancée depuis quelques semaines. L'objectif est que chacun puisse être sensibilisé personnellement quant à l'importance de participer à ce geste de soutien de la vie de l'Eglise et plus particulièrement de la vie des prêtres. Un prêtre reçoit chaque mois environ 850 €. Une bonne partie de ce qu'il reçoit vient de la collecte du Denier de l'Eglise. Plus nous serons nombreux e à donner,  quelqu'en soit le montant, plus nous exprimerons notre désir d'avoir des prêtres et de les porter, de les encourager. Un deuxième objectif nous est proposé : parler du Denier autour de nous, lancer un appel pour que tous puissent se sentir appelés, mobilisés et créent un élan de solidarité.  
 
Je vous propose une vidéo un peu décalée réalisée par le diocèse de Saint Etienne. Non sans humour, il nous est montré combien l'aide de chacun est importante...et que donner au Denier de l'Eglise, c'est faire vivre l'Eglise...et c'est plus simple que de charrier des pierres, des bidons de fuel ou d'accueillir chez soi le curé pour un séjour longue durée !!
 
Père Brice de Roux
 

Pour le Denier, Saint-Étienne mise sur l'humour

 

« Très concrètement, nous aurions besoin de chacun de vous pour trouver 700 tonnes de pierre et de béton pour rénover les églises et les bâtiments pastoraux, 200 000 litres de fioul pour le chauffage. Cela fait deux à trois bidons par paroissien...»

Cette déclaration loufoque est à prendre au second degré, évidemment. Mais la petite séquence vidéo que vient de mettre en ligne le diocèse de Saint-Étienne illustre bien la tendance actuelle des catholiques à investir le web en adoptant ses usages décalés, notamment une forme d’humour incisif.


Ce message officiel n’est pas un gag
envoyé par DioceseSaintEtienne. - Plus de vidéos de blogueurs.

Pour Mgr Dominique Lebrun et son économe diocésain, Bernard Égaud, il s’agit avant tout de sensibiliser aux besoins matériels de l’Église, elle qui ne vit que de «stages non rémunérés et emplois non salariés»...

Ainsi apprend-on que le diocèse recherche activement «191 familles pour loger, nourrir, blanchir les 191 prêtres du diocèse, pour un minimum de trois ans». «J’ai bien conscience des efforts que cela demande à chacun d’entre vous. Mais la mission de l’Église est à ce prix», précise l’évêque. La chute, habile, résume le sens de cette démarche inhabituelle : « Sinon, il y a le denier de l’Église. » 

François-Xavier MAIGRE pour le Journal La Croix